Championnat d'Europe 2010

Les Championnats d'Europe ulm "classique classe (trois axes, pendulaires et autogires)" se déroulent cette année en Angleterre.

Une vingtaine de pays sont représentés avec 58 équipages participants toutes classes confondues. Quelques équipages hors Europe concourent également en "open", ils ne sont pas classés officiellement et ne peuvent prétendre à un titre de Champion d'Europe.

La classe autogire sera présente pour la première fois cette année "à titre d'essai" en open également...

La FFPLUM a joué le jeu de parier sur l'autogire, elle nous a permis d'intégrer l'équipe de France ulm et nous présente comme seul équipage autogire Français à ces Championnats internationaux (équipage Hemelsdael Cécile / Kübler Stéphane sur AutoGyro Calidus 912S). L'équipage autogire concoure avec la classe pendulaire biplace afin de bénéficier d'un classement comparatif.

Préparation :

L'équipe France s'est retrouvée début juin à Couhé pour un entraînement intensif. Au programme : épreuves en vol, travail d'équipe, stratégies, explication des épreuves, coatching ...

Nous tenons déjà à remercier tous ceux qui nous soutiennent dans notre projet et à en encourager d'autres à nous rejoindre !

Première semaine en Angleterre : 2-3-4 août 2010 :

Tous les équipages se retrouvent sur le terrain de Sywell à 200 kms au nord de Londres. Ces premières journées permettent aux pilotes de repérer les lieux et tous sillonnent  le ciel. Des contrôles techniques sont organisés afin de vérifier la conformité des machines engagées (poids, puissance, instrumentation, ...). 

La météo n'est pas au beau fixe mais nous faisons avec ! 

Le site de la compétition : http://www.emc2010.org.uk

Les premières photos : photos championnat Europe 2010

Seconde semaine à Sywell : les épreuves :

Le village des compétiteurs s'est organisé, les drapeaux des différentes nations flottent au dessus de chaque tentes "team".

L'organisation Britannique  communique les informations par le biais d'un système informatique assez performant et réactif, toutes les équipes sont ainsi prévenues des dernières news en même temps. Les épreuves, horaires, explications, résultats, réclamations, transitent ainsi à la vue de chaque équipes. 

Les épreuves au nombre de deux, trois ou quatre par jours représentent entre 2 et 6 heures vol. Les journées sont bien remplies. La gestion du repos est primordiale. 

Les épreuves et classement sont en ligne sur le site de l'organisation. 

 L'interview du pilote, le film avant le départ ! 

 Nos partenaires :

 

 

 Catalogue des épreuves :

Toutes les épreuves se font sans moyen de navigation électronique, seul un gps « mouchard » est installé dans chaque machine afin de tracer l’équipage.

-       épreuve d'économie

                  Le triangle : Avec une quantité d’essence limitée les compétiteurs doivent voler en réalisant un triangle avec pour objectif de réaliser la plus grande surface possible. Un point d’entré du triangle est fixé et ce sont les compétiteurs qui définissent en fonction de leurs machines et du vent les points tournants du triangle. Une des deux premières branches du triangle devra être survolée en vitesse max. 

                  Eco-distance : Les compétiteurs doivent faire le maximum de distance et revenir sur une ligne droite définie avec une quantité limitée d'essence.

                  L'éco pure : Les compétiteurs doivent voler le plus longtemps possible avec une quantité limitée d’essence.

                  La toile d'araignée : Des balises virtuelles sont dessinées sur la carte. Avec une quantité d’essence limitée, les compétiteurs doivent survoler le maximum de balises et revenir au terrain sans panne.

Les « vaches » comptent pour « 0 » à l’épreuve.

 

-       épreuves de navigation :

                Précision de navigation le long d'une route connue : Les compétiteurs doivent voler aussi précisément que possible le long d’une route connue, trouver des photos ou marqueurs au sol et les reporter sur la carte.

A cette épreuve l’organisateur peut demander de déclarer une vitesse sol qu’il contrôlera sur le gps mouchard.

Les points sont comptabilisés en fonction des repères sol trouvés et de la précision en régularité de vitesse. 

               Précision de navigation le long d'une route partiellement connue : Les compétiteurs doivent voler aussi précisément que possible le long d'une route connue. Sur ce trajet ils trouveront une photo ou une balise au sol qui sera le point de départ pour rejoindre une autre route définie sur la carte.

Toutes ou une partie de la route pourra être marquée en tant que vitesse déclarée - ou alternativement calculée sur une portion de vitesse rapide. La route peut-être des lignes droite, cercles ou courbes. Les informations peuvent être des photos additionnelles à marquer ou des marqueurs au sol.

Lorsque une photo ou un marqueur au sol bien précis est trouvé cela donne un point tournant permettant de tracer une droite pour rejoindre une seconde route connues et ainsi de suite jusqu’au tracé final

                Le cumul de balise : Des balises sont dessinées sur la carte. L’épreuve consiste à survolée le maximum de balises possible dans un temps imparti.

 

-       épreuves de maniabilité :

                   Atterrissage de précision : L’objectif de cette épreuve est pour les compétiteurs de poser la machine sur un « porte avion » (rectangle de 100*25m) et aussi près que possible du seuil.

La machine doit être immobilisée dans les 100m, la distance d’arrêt peut-être comptabiliser. L’épreuve se déroule comme suit : décollage en moins de 100 m, montée, survol du porte-avion, arrêt du moteur, descente, posé (+50% si moteur coupé).

                 Atterrissage de précision minuté : L’objectif de cette épreuve est pour les compétiteurs de poser la machine (moteur coupé ou au ralenti) dans le porte avion à un temps spécifique et aussi près que possible du commencement du porte-avion.

Par exemple, si un compétiteur décolle à 16 :00 :00 il devra poser la machine à 16 :04 :00,  l’épreuve donne 4 min entre le décollage, le survol du porte-avion et la descente jusqu’au posé.

La précision est noté (tous les 2,5m après le seuil, le temps à la seconde si l’épreuve le demande, la distance d’arrêt si demandée).

                  Atterrissage de précision au moteur : Suivant le même principe que l’atterrissage de précision expliqué ci-dessus, le compétiteur doit poser au plus près du commencement du porte avion sans couper son moteur.

               Atterrissage de précision minuté au moteur : Suivant le même principe que l’atterrissage de précision minuté expliqué ci-dessus, le compétiteur doit poser sa machine au plus près du commencement du porte avion sans couper son moteur.

                  La boite minutée : L’objectif de cette épreuve est pour le compétiteur de faire toucher le train principal de son appareil dans une boite de 6 *10m. La boite est divisée en 4 bandes de 1.5m, plus le compétiteur pose près du commencement de la boite plus il a plus de points.

                  Décollage cours au dessus d'un obstacle : L’objectif de cette épreuve est pour le compétiteur de décoller et passer au dessus d’un obstacle (ruban de plastic), en commençant le décollage aussi près que possible de l’obstacle. Plus le compétiteur décolle près et arrive à survoler l’obstacle, plus il gagnera de point.

                 Atterrissage au-dessus d’un obstacle : L’objectif de cette épreuve est pour le compétiteur de survolé un obstacle et d’arrêter sa machine le plus près possible de l’obstacle. Plus il arrête sa machine près de l’obstacle, plus il marque de point.

                  Décollage sur le porte-avion : L’objectif de cette épreuve est de faire décoller la machine dans le porte-avion (donc en moins de 100m).

                  Atterrissage sur le porte-avion : L’objectif de cette épreuve est de faire atterrir la machine dans le porte-avion (donc dans un rectangle de 100m X 25m)

Auto Gyro

Parapower

Air creation

Réalisation : PixelleProD - Juillet 2013